French English Italian Spanish

LES PARAMÈTRES D'UNE EAU BIOCOMPATIBLE

Des recherches américaines ont mis en évidence le rôle de l'eau dans l'apparition de maladies de civilisation. Elles sont dues à l'eau dans 50% des cas lorsque ses paramètres bio-électroniques ne sont pas favorables: alcalinité, faible résistivité, oxydo-réduction trop forte.

Selon ces paramètres, établis par l'ingénieur LouisClaude Vincent, l'eau idéale - qui correspondrait à une sorte de traitement anti-cancer - devrait afficher les paramètres suivants pH acide, compris entre 6,8 et 6,3, Rédox inférieur à 23 et résistivité supérieure à 10.000 Ohms.

De ce point de vue, l'eau osmosée est largement plus performante que les eaux en bouteille, avec un pH de 6,6, un Rédox de 22 et une résistivité égale à 30.000 Ohms. Ainsi, non seulement l'osmoseur évite de transporter des bouteilles, mais en plus il permet de consommer une eau de très haute qualité, à condition, bien entendu, de changer les filtres quand il le faut.

L'osmose inverse, une question de survie

Le principe de l'osmose biologique, découvert en 1826 parle physicien français Dutrochet, découle directement des propriétés des membranes semiperméables que l'on peut observer dans l'organisme, qui permettent des échanges entre des milieux plus et moins concentrés.

L'osmose fait partie des phénomènes vitaux fondamentaux les plantes puisent leur nourriture dans le sol et l'oxygène passe dans notre sang de cette manière. Les éléments nutritifs pénètrent aussi nos cellules grâce à ce phénomène d'osmose.

Quant à l'osmose inverse, qui utilise la pression de l'eau du robinet pour franchir une membrane semiperméable en matière synthétique, elle a été mise au point par la NASA pour recycler l'urine et les eaux usées des cosmonautes et éviter ainsi de surcharger les capsules et stations orbitales avec des bouteilles d'eau. C'est donc une technique
conçue pour des conditions extrémes, l'exploration spatiale, qui devient disponible dans un environnement terrestre qui, malheureusement, devient de plus en plus hostile par la folie des hommes.

Filtrer I'infiniment petit. Le coeur du système de filtration par osmose inverse est une cartouche maintenant une membrane un film en triacétate de cellulose (TAC) ou en polyamide (TFC, c'est-à-dire Thin Film Composite), de forme spiralée. Cette membrane est une sorte de peau, présentant des pores d'un diamètre de 10-4 microns (0,000l), capables d'éliminer les molécules les plus fines ainsi que les bactéries et méme les virus qui, mesurant quelque 0,2 microns, sont éliminés à 100%.

L'eau pénètre dans la cartouche et, sous la pression du réseau d'alimentation (mini 3 bars), seules les molécules d'eau traversent cette
membrane, les autres molécules sont rejetées en permanence avec une partie de l'eau non filtrée. On obtient donc d'un côté de cette membrane séparatrice une solution très peu concentrée, l'eau pure, et, de l'autre, une solution surconcentrée qui est progressivement évacuée. L'eau passe ainsi du milieu le plus concentré vers le milieu le moins concentré, c'est-à-dire à l'envers du principe de l'osmose cellulaire qui utilise la pression osmotique pour permettre aux liquides circulants et extracellulaires d'apporter l'eau dans la cellule, d'où son nom d'osmose inverse.

L'atout majeur des osmoseurs demeure évidemment l'élimination de la quasi totalité des nitrates et des molécules cytotoxiques, métaux, nitrates, engrais, herbicides, pesticides, dioxines, poussières radioactives.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Newsletter

logo 251

1, Rue de l'Hôtel de Ville
38630 Les Avenières

E. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

T.  04 74 97 73 84

C.  06 71 04 02 75